icon

Plaquer son travail ou ses études pour partir faire un voyage en solo : un vrai risque ?

Qui n’a jamais rêvé de plaquer son travail ou ses études et partir faire le tour du monde sans savoir quand vous rentrerez en France ? Moi en tout cas, c’est arrivé plusieurs fois d’y penser, et je peux vous assurer que ce n’est pas évident de passer à l’action.

Car quand on y réfléchit à deux fois, on a cette pulsion en nous qui nous pousse à vouloir agir. Mais en même temps, le risque est gros car on ne sait pas ce qui nous adviendra une fois de retour. Entre les doutes liés à nos économies, le retour à la recherche d’un emploi ou bien le risque d’être dans une vie instable, tout porte à croire que le pari de tout quitter semble être vraiment risqué.

Mais alors, on pourrait se demander comment certaines personnes ont réussi à réaliser leur plus grand désir ? Si certains d’entre vous ont déjà vu des reportages à la télé montrant des gens avoir tout plaqué et mener une vie de rêve, comment ont-ils fait ?

Et bien sachez que c’est possible, mais les étapes pour y parvenir peuvent en décourager plus d’un ! Toutefois, la voie que je vais vous détailler me semble être la bonne afin que vous puissiez réduire au maximum les risques de vous retrouver à la rue si vous décidez de tout plaquer.

Cet article n’a pas pour but d’être un tutoriel pour vous expliquer comment réussir à tout plaquer dans votre vie pour partir faire votre voyage en solo. Il aura pour vocation à vous apporter des idées ou bien des informations utiles qui vous permettront de concevoir un plan afin de vous permettre un jour de voyager librement sans contraintes !

Plaquer ses études pour partir voyager quand on est étudiant

Pour celles et ceux qui sont étudiants ou qui le deviendront, sachez que l’impact sur votre avenir de tout plaquer pour voyager en solo est faible. Etant donné que vous êtes dans une situation où vous devez étudier pour obtenir votre diplôme, rien ne vous empêche d’abandonner vos études pour partir. Dans le pire des cas, la seule chose que vous risquez c’est de devoir reprendre vos études à 0, voir de complètement changer de parcours pour vous reconvertir dans un autre domaine.

Mais peut-être que certains d'entres vous n'ont pas le choix que de continuer leurs études pour plusieurs raisons. Soit parce que ce sont vos parents qui financent vos études, soit parce que vous êtes contraint par manque d'argent et que vous devez être diplômé le plus rapidement possible. Sachez que j'ai rédigé un article à ce sujet concernant les moyens de trouver du temps et le bon moment pour voyager.

Un quartier de street-foods à Taipei, Taiwan
Perdu dans un des quartiers de street-foods à Taipei, Taiwan

En d’autres termes, si vous pensez que la meilleure solution est de voyager afin de mûrement réfléchir à ce dont vous aspirez à devenir dans le futur, alors foncez ! Mais ayez en tête qu’il vous faudra reprendre vos études dès votre retour. Je vous recommande fortement d’obtenir au moins un diplôme d’études supérieur afin d’assurer vos arrières. Car quand bien même vous trouverez un petit boulot pour subvenir à vos besoins vitaux, vous ne pourrez pas tenir sur le long terme dans ces conditions.

Voici mes quelques conseils qui vous permettront de vous aider à construire un filet de sécurité à votre retour en France.

Dressez l’état de votre situation actuelle

Avant de vouloir balancer vos études par la fenêtre, analysez d’abord votre situation actuelle. Est-ce que vous allez entrer dans vos études supérieures ? Etes-vous plutôt au milieu du parcours scolaire, ou bien vers la fin de l’obtention de votre diplôme ? A cela s'ajoute la question financière. Est-ce que vous avez les fonds suffisant pour partir en voyage ?

Car selon certains cas, il est beaucoup plus judicieux de terminer ses études avant de prendre une décision aussi radicale. Par exemple, il serait dommage de tout abandonner si vous avez encore 1 an devant vous pour obtenir vôtre diplôme.

Sinon, regardez dans le règlement intérieur de votre université si vous avez la possibilité de réaliser une année de césure. Si vous choisissez cette option, sachez que vous pouvez reprendre vos études là où vous l’avez laissé. Il vous faudra cependant détailler l’objet de cette césure pour que votre établissement accepte de vous accorder 1 an de pause. Et ce n’est pas toujours facile de justifier que l’on souhaite partir pour voyager, donc ayez vraiment une raison valable avant de faire votre demande.

Si vous souhaitez réellement tout plaquer pour voyager, dans ce cas je vous conseille de faire une demande de PVT.

Choisissez de partir en voyage via le programme PVT

Plus communément appelé Permis Vacances-Travail, le PVT est un programme qui vous permet de rester dans un pays pour une durée d’un an. Vous êtes autorisé à travailler dans le pays d’accueil dans lequel vous avez fait votre demande avant votre départ.

L’avantage c’est que vous n’avez pas besoin d’être qualifié pour trouver un travail, car l’objectif du PVT est de vous offrir l’opportunité de voyager dans un pays tout en vous permettant de trouver de petits boulots légalement afin de subventionner votre voyage. Vous n’êtes d’ailleurs pas obligé de chercher du travail lorsque vous avez fait votre demande de PVT une fois sur place ni de rester dans le pays pendant un an.

Vous avez donc le choix entre y rester pendant toute la durée du programme, voyager dans d’autres pays puis retourner dans le pays où vous avez fait votre demande de PVT, ou bien tout simplement rentrer en France si vous en avez marre ou que vous êtes à cours d’argent.

Dans tous les cas, le PVT est ce qu’il y a de mieux pour pleinement profiter de vos voyages, sachant que vous avez plus d’une dizaine de pays qui proposent ce genre de programme : Argentine, Canada, Nouvelle-Zélande, Australie, Corée du Sud, Taïwan, Japon et bien d’autres !

Notez toutefois qu’il est possible de faire une demande de PVT une seule fois pour chaque pays partenaire au programme et que l’âge maximal toléré pour partir en PVT varie de 30 ans à 36 ans.

Vous pouvez cependant enchainer les PVT si vous pouvez vous le permettre. Mais très honnêtement, je vous conseille d’abord de faire un seul PVT quand vous êtes étudiant, vous comprendrez pourquoi dans la suite !

Pour plus d’informations sur le programme, je vous invite à lire les articles depuis le site officiel lié au PVT.

Ne partez pas seulement que pour visiter, ouvrez-vous aux autres

Pour celles et ceux qui partent pour la première fois en voyage solo, il est important que vous adoptiez un état d’esprit propice aux nouvelles rencontres que vous allez faire. Car très souvent vous côtoierez des voyageurs qui ne demandent qu’une chose : vous connaître.

Selfie avec les volontaires à Jiufen, Taiwan
On est jamais tout seul quand on part seul, surtout si vous travaillez en tant que volontaire en auberge de jeunesse !

C’est par des discussions autour des différences culturelles que l’on en apprend plus sur soi-même et sur l’autre. Au fur et à mesure que vous rencontrerez des voyageurs, il vous sera plus simple de les aborder de manière spontanée car vous saurez quoi dire sans être gêné. C’est aussi très formateur pour vous car vous aurez l’opportunité d’exercer votre anglais dans de vraies conditions et vous améliorer.

De par mon expérience, mes voyages en solo les plus mémorables sont ceux où j’ai eu l’occasion de partager de bons moments avec les voyageurs et les membres du staff où je logeais. Car même si visiter de beaux paysages restent une des priorités, il ne faut pas négliger le fait que s’ouvrir aux autres vous permettra de saisir des opportunités auxquelles vous ne vous attendez pas.

Pour toutes ces raisons, je vous invite vraiment à ne pas négliger ce point car vous pourrez vous vendre plus facilement pour trouver du travail en France ou ailleurs grâce à la force de votre réseau de contact ainsi que votre ouverture d’esprit.

Créez un blog de voyage pour retracer vos aventures (optionnel)

Ce point là n’est pas nécessaire à mettre en place, mais je vous invite vraiment à créer votre propre blog de voyage si vous souhaitez ajouter une ligne supplémentaire dans un CV.

L’avantage de créer et de gérer un blog de voyage est multiple. Dans un premier temps, vous allez développer des compétences dans l’écriture d’articles, dans la gestion et la promotion d’un blog.

En étant proactif pendant que vous voyagez, vous pourrez ainsi prouver à votre futur employeur que vous n’êtes pas seulement parti juste pour vous la couler douce, mais vous avez aussi contribué à développer un projet personnel qui vous tiens à coeur. C’est en misant là-dessus que vous aurez beaucoup plus de chance de retrouver soit le banc des universités, soit un premier emploi.

Dans un second temps, si votre blog de voyage fonctionne plutôt bien, vous aurez sûrement une communauté de lecteurs et lectrices qui apprécieront ce que vous faites. De là, vous pouvez potentiellement construire un vrai projet autour du blog et pourquoi pas être rémunéré pour votre travail !

Tout plaquer pour partir voyager quand on est salarié

Etant à peine entré dans la vie active, je ne suis peut-être pas légitime pour donner des conseils aux salariés qui ont déjà plusieurs années d’expériences derrière eux. Pourtant, quelque chose me dit que très peu d’entres eux ne savent qu’il est clairement possible de tout plaquer pour partir en voyage, ou du moins partiellement. Je m’explique.

Quand on commence à entrer dans la vie active, on a notre premier vrai salaire qui tombe dans notre compte en banque. C’est très rassurant de voir celui-ci se remplir à chaque fin de mois, pas vrai ? On se demande par la suite dans quoi est-ce qu’on pourrait bien dépenser notre salaire : des vêtements, sortir avec ses amis régulièrement, aller au restaurant, offrir des cadeaux, etc. Ajoutez à cela les dépenses obligatoires comme le loyer, les charges, les impôts, la nourriture et certaines factures telles que son forfait mobile, Internet et autres abonnements. Finalement, on est relativement satisfait de notre situation.

Maintenant, j’aimerais vous demander quelque chose : au bout du compte, combien est-ce qu’il vous reste à la fin du mois après toutes ces dépenses ?

Si vous avez réussi à économiser plus de 20% de votre salaire, alors je vous félicite, vous êtes sur la bonne voie vers votre objectif. Par contre s’il vous reste moins de 10%, il va falloir revoir vos dépenses pour épargner plus.

Comme vous l’aurez deviné, c’est en épargnant un maximum que vous pourrez bâtir les fondamentaux. Bien entendu, je ne dis pas qu’il faut se priver de tout, mais d’optimiser ses dépenses afin que vous puissez partir sur de bonnes bases.

Le cheminement va être le suivant : grâce à l’épargne que vous aurez construit au fil du temps, il va falloir la répartir dans différentes catégories.

Prévoir une épargne de précaution

Une première catégorie est l’épargne de précaution. Celle-ci vous sera utile en cas de coup dur dans votre vie : paiements des impôts, réparation de votre voiture, problème de plomberie, frais de santé, etc. Il est préconisé d’avoir au moins 4 à 6 mois de salaire dans son épargne de précaution, mais vous pouvez placer moins si vous pensez que vous n’avez pas trop de problème. L’intérêt est de toujours avoir de l’argent afin d’éviter les surprises et devoir contracter un crédit à la consommation.

Vous n’êtes pas obligé de placer les 4 à 6 mois de salaire d’un coup, vous pouvez très bien la remplir progressivement jusqu’à atteindre une somme suffisante pour tenir le choc en cas de pépin.

Et si vous deviez piocher de l’argent depuis votre épargne de précaution s’l vous arrive quoi que ce soit, n’oubliez pas de rajouter de l’argent le mois suivant pour compenser cette dépense !

Economisez pour acheter un appartement ou une maison

Une seconde catégorie va être lié à un futur achat d’appartement ou maison. L’objectif n’est pas d’y habiter une fois l’achat effectué, mais d’en faire un investissement locatif.

Mais pourquoi faire ? Car vous n’aurez pas à rendre des comptes à votre banque prêteur si vous avez fait une demande d’un crédit immobilier. Ce seront les locataires qui paieront les mensualités à votre place. Et si vous avez de la chance, vous pouvez faire une plus-values sur le loyer que vous percevrez par votre locataire.

En effet, en achetant votre résidence principale le plus tôt possible, vous n’aurez plus à vous soucier des problèmes liés au logement. Car une fois avoir remboursé la totalité du prix de votre bien immobilier, vous serez 100% propriétaire. Et quand on veut plaquer son travail pour voyager, on est au moins sûr d’avoir un toit pour s’abriter.

Bien entendu, le remboursement s’étale sur plus de 10 ans jusqu’à 25 ans. Il faudra donc être patient avant d’être en pleine possession de son appartement ! Cette durée varie en fonction du prix du bien immobilier que vous comptez acheter, et l’apport d’argent personnel que vous allez mettre sur la table pour assurer votre banque que vous êtes une personne fiable pour rembourser le prêt.

C’est pour cette raison qu’économiser le plus d’argent le plus tôt possible vous permettra de sortir plus rapidement d’une situation qui ne vous satisfait plus.

Attention toutefois, il faut bien analyser le marché pour choisir un bien immobilier qui soit rentable à la fois lors de la location, mais aussi à la revente. Bon nombres de personnes se sont fait arnaquer par leur agence ou par leur conseiller en gestion de patrimoine et se sont retrouvés avec un achat qui leur ont finalement coûté de l’argent.

Si vous souhaitez vous documenter à ce sujet, je vous invite à lire tous les articles du site Avenue des Investisseurs, un site très informatif et sérieux dans les informations qu’il délivre. C’est un bon départ pour commencer à reprendre en main vos finances personnelles !

Je tiens à rappeler que les investissements comportent des risques de pertes d’argent, soyez donc vigilent.

Créez un compte dédié pour vos dépenses de votre futur voyage

Il est important de dissocier vos dépenses courantes et futur achat d’un bien immobilier avec les dépenses liées à votre voyage. Si vous avez l’intention d’établir un budget pour parcourir le monde, il vaudrait mieux vous tourner vers un compte séparé qui vous permettra de suivre efficacement chacune de vos dépenses.

Et qui dit voyage à l’étranger dit frais à payer à chaque retrait d’argent ou paiement par carte.

Pour ma part, j’utilise une carte Visa Ultim Boursorama pour mes dépenses à l’étranger. L’avantage de cette carte est qu’elle est utilisable quasiment partout où je suis allé. L’autre avantage est sa compétivité face aux autres banques : aucun frais sont prélevés à chaque transaction ou retrait. Aucune option internationale est nécessaire car la carte en elle-même possède déjà cette option. Le seul petit bémol est qu’il faut au moins payer une fois par mois pour ne pas être prélevé de 9€.

Plaquer son travail une fois avoir bâti votre base financière solide

Si vous avez suivi jusqu’ici, avoir une base financière solide vous permettra de plaquer votre travail pour voyager. Mais il faudra au préalable avoir réussi à dresser un plan vous permettant de ne plus être dépendant de l’argent.

Pour ce faire, il vous faudra ne plus vous soucier de l’achat d’un bien immobilier et avoir suffisament économisé pour vous permettre de voyager à durée indéterminée.

Ce procédé peut prendre plusieurs années, mais vous pouvez raccourcir le temps en fonction des points suivants :

  • Décider de loger chez ses parents, même si cela peut sembler insuportable pour certain(e)s, cela vous permet d’éviter de payer un loyer et donc d’économiser plus
  • Trouver un emploi bien rémunéré, là encore, il faudra sûrement vous orienter vers des métiers tendances. Par exemple dans le domaine de la Data, du Développement Informatique, de la Finance ou récemment dans le No-Code. C’est pour cette raison que les études vous permettront d’augmenter vos chances de trouver un poste rapidement et commencer à construire votre patrimoine économique.
  • Développer un projet ou business en parallèle de votre travail, et de préférence un projet qui vous tient à coeur. Il est utile de chercher à compléter ses revenus par une autre source de travail. Si vous êtes comme moi un aventurier dans l’âme, pourquoi ne pas créer un blog de voyage ? Ou bien essayez de trouver un projet qui peut réellement apporter une valeur ajoutée autour de vous. Internet sera votre meilleur ami pour vous aider à trouver des idées !

Bien entendu, il existe d’autres manière de pouvoir un jour vivre du voyage, notamment si on souhaite se lancer en tant qu’auto-entrepreneur ou bien en freelance. Mais je ne suis pas légitime de pouvoir parler à leur nom.

Conclusion

En résumé, plaquer son travail ou ses études pour partir voyager demande de réfléchir un minimum avant de se lancer dans le vide. Ayez toujours en tête qu’il faut vous assurer des arrières pour ne pas vous retrouver démuni une fois de retour en France.

La pire des choses à faire est de tout quitter sans un plan solide, car on pourrait croire qu’il y aura toujours un moyen de s’en sortir quel que soit la situation. Les vendeurs de tapis vous diront sûrement le contraire en vous disant de vous laisser porter par vos désirs. Mais la réalité finira par vous rattraper.

Au sommet du mont Seoraksan, Corée du Sud
C'est au bout de ce sommet que j'ai décidé de lancer un blog afin de partager tout ce que je sais du voyage en solo, et comment je pourrais apporter une vrai valeur ajoutée à mes lecteurs.

Je tiens à ce que mes conseils puissent vous permettre de trouver des plans afin que vous puissiez construire de solides bases financières. Car sans argent, on ne fait presque rien, et c’est encore moins le cas si on voyage.

Trouver de l’argent est relativement simple si on décide de prendre n’importe quel boulot qui nous passe sous la main. Mais ce n’est pas tenable si vous le faites sur le long terme et que vous dépensez simplement cet argent pour survivre et voyager.

Ayez conscience que plus vous aurez une situation financière stable, plus il sera simple de songer à plaquer son travail pour voyager dans le monde.

C’est pour cette raison que les études ainsi que votre premier emploi va être déterminant dans votre phase d’épargne afin de sortir rapidement d’une situation où vous n’aurez plus besoin de vous soucier de votre situation financière.

Mon expérence en tant que jeune actif me permet d’avoir une vision plus claire sur la manière de pouvoir vivre un jour du voyage, et je suis convaincu que les conseils dans cet article que j’applique dans ma propre vie finiront par porter leurs fruits. Et si cela peut s’appliquer à moi, cela peut très bien s’appliquer à vous aussi ! 😉

Qui est derrière le blog Le Solo Backpacker ?

Hello ! Moi c'est Toan, et je suis le fondateur du blog Le Solo Backpacker.
J'ai commencé le voyage en solo à 19 ans, et mon objectif à travers mes articles est de vous proposer les meilleurs conseils pour sortir des sentiers battus, rencontrer des voyageurs ouverts d'esprits et découvrir le voyage sous un autre angle.