icon

Témoignage de Max En Solo : Solo backpacker en PVT au Japon

Dans cet article, j’aimerais vous faire part d’un témoignage d’une personne que j’ai eu l’occasion de rencontrer lors de mon voyage à Okinawa au Japon.

Une rencontre inattendue et humainement passionnante car il s’agit d’un Français actuellement en voyage depuis déjà plus de 6 mois dans le cadre d’un PVT dans le pays du soleil levant.

Alors qu’il me restait que deux jours sur l’île, j’avais décidé de revenir sur mes pas dans la ville de Naha pour préparer mon retour en avion vers Fukuoka.

J’avais choisi de loger dans une guesthouse proche des transports et éviter d’être en retard. C’est donc à Naha Santiago Guesthouse que j’ai rencontré pour la première fois Maxime.

Après quelques échanges, je me suis aperçu qu’on était pratiquement d’accord sur tous les aspects du voyage en solo et qu’on partageait la même vision de la vie. C’était un peu comme se voir dans un miroir, mais pas la même apparence physique évidemment. 😛

En somme, une personne humainement incroyable et ambitieuse avec qui on partage énormément de points communs.

Même après mon départ, on a continué à discuter de nos projets. Et c’est là que l’idée de consacrer une partie de mon blog pour recenser tous les témoignages des personnes que j’ai côtoyé m’est venu à l’esprit.

En tout cas, j’espère que ce nouveau format vous plaira et je compte bien en faire d’autres. Sur ce, bonne lecture ! 😊

Est-ce que tu pourrais te présenter ? Qui tu es, ton parcours scolaire, ce que tu fais actuellement ?

Alors, je m'appelle Maxime "Max", j'ai 24 ans et je suis né et ai grandi dans le sud de la France à Carpentras, mais mon coeur est nordiste, car ma famille est du Nord de la France. 🫶

J'ai fais un Bac général ES que j'ai eu avec un bon 11 bien flemmard, juste pour avoir le diplôme ahah. Et j'ai fais 1 an de STAPS, mais j'ai su très vite que je ne continuerai pas, car les cours étaient très théorique et il y avait finalement assez peu de sport.

Pour dire à quel point je n'ai fait aucun effort, j'ai réussi a me faire les séries animées Naruto et One Piece au complet durant cette année d'université ahah.

J'ai par la suite tenté de rentrer dans l'armée de Terre Française, mais une maladie aux yeux m'a empêché de poursuivre dans cette voie qui était pour moi le meilleur compromis pour ce que je voulais faire et dans lequel je me voyais devenir militaire.

Je voulais voyager, engranger des valeurs de vies, de l'expérience dans divers domaines, me découvrir et dépasser mes limites.

L'armée me semblait donc être la meilleure option, mais le destin en a décidé autrement. Mon plan était aussi de gagner de l'argent avec l'armée pour pouvoir voyager plus tard, donc j'ai décidé de trouver d'autres façons de partir et c'est là que j'ai découvert les programmes PVT. J'ai donc décidé de postuler pour celui du Japon, que je fais actuellement.”

Pourquoi avoir décidé de faire un PVT ? Et pourquoi le Japon en particulier ?

Le Japon a été un choix très simple. Au départ c'était le Canada ou le Japon, mais je me suis vite tourné vers ce dernier car j'étais déjà allé à Tokyo.

Et j'ai un amour vraiment profond pour le pays et tout les pans de sa culture, pas seulement les animés, je me suis même fais des tatouages qui représentent la culture japonaise (samourai, vague de Kanagawa, Tsukuyomi le dieu de la Lune). Donc c'était un choix évident pour moi, en plus de l'aspect facilité d'obtention du visa.

Quel genre de travail tu as fait jusqu’à maintenant pendant le PVT ?

Durant mon PVT, j'ai fais un séjour d'1 mois dans une ferme a Hokkaido, très cool pour vivre "le vrai Japon" mais dur physiquement et peu de temps de visite.

Par la suite j'ai principalement travaillé dans des Guest House, qui proposent de loger gratuitement en échange d'une aide pour nettoyer les lits/chambres. J'ai aussi fait des mois où je ne travaillais pas et où je voyageais seulement.”

Qu’est-ce que tu comptes faire à la suite de ton PVT ?

A la suite de mon PVT, je vais voyager dans quasiment toutes l'Asie du Sud-Est puis faire quelques pays à mi chemin pour revenir en France. Je pense ensuite repartir pour un autre PVT qui sera probablement le Canada, Taiwan ou le Chili, ou peut-être un autre je ne sais pas trop. 😂

La seule chose dont je suis sûr, c'est que notre monde est bien trop vaste pour que je m'arrête là sans avoir la sensation de n'avoir rien vu.”

Qu’est-ce que ce voyage t’as apporté ?

Le voyage c'est l'école de la vie. Rien ne m'a jamais plus apporté dans ma vie que ça. Découvrir des nouveaux modes de vies, des nouvelles gastronomies, des nouvelles façons de faire et de vivre les choses du quotidien. On redevient comme un enfant qui apprend à découvrir le monde dans lequel il va évoluer.

J'aimerais rester cet enfant qui veut tout toucher, tout goûter, tout voir, et je trouve ça dommage que certaines personnes perdent cette soif de découverte en grandissant, soit par assimilation à un chemin de vie "normal", soit par peur d'emprunter un chemin different et plus risqué.

Lorsque l'on part comme ça à l'autre bout du monde, on apprend à se connaître, à savoir nos limites (qui sont d'ailleurs bien plus haute qu’on ne le pense), on apprécie sa propre compagnie, on apprend sur tellement de choses que je ne pourrais pas détailler ici sans y passer des heures.”

Quelle est ta motivation à vouloir te lancer sur YouTube ?

La motivation de me lancer sur Youtube, c’était avant tout de vouloir partager du contenu, pouvoir permettre a mes amis et proches de pouvoir suivre mes aventures, également donner envie aux gens de se lancer à l'aventure, quelle que soit sa forme.

Et puis ça me permet de pouvoir faire quelque chose, parce que quand on part comme ça pour du long terme, surtout que j’en aurais pour plusieurs années d'itinérance, il y a des moments de creux, que ce soit de la fatigue ou la météo ou tout autres raisons.

J'avais besoin de quelque chose qui puisse me motiver dans ces périodes là. Quelque chose qui me garde dans l'action mais qui ne me fasse pas sortir de l'immersion de mon voyage.

Youtube était donc le choix le plus évident pour me permettre d'aligner tout ça et puis c'est un bon moyen de pouvoir passer des messages au travers des vidéos etc. Un bon voyageur est un voyageur qui partage, qu'il soit seul ou non.

J'ai donc crée ma chaîne YouTube: Max en solo, et dès que j'en ai eu l'occasion, j'ai acheté une caméra, je suis parti marcher et j'ai filmé tout ça.

Au départ, j'ai filmé sans vraiment savoir quelle direction j'allais donner à mes vidéos. Je me suis dis que je pars de la ville de Beppu, je marche aussi loin que possible et je filme ça. Puis au fil de l’eau, j'ai fini par trouver mon concept alors que j'étais en train même de tourner ahah. Du coup j'ai adopté le concept de Walk Trip.”

Je vous invite à le suivre sur sa chaîne YouTube, car contrairement aux vlogeurs qui pullulent sur la plateforme, ses contenus ont vocation à réellement vous faire découvrir une autre vision du voyage.

Pourquoi s’être appelé Max en Solo ?

Pour ce qui est du nom de la chaîne, je voulais un truc simple, qui soit assez équivoque. J'ai choisi Max car c'est mon surnom, et qu'au Japon je savais que Max serait plus simple pour les japonais que Maxime.

Et le “en Solo” est venu grâce à un anime qui s'appelle Kotaro en Solo. C'est l'histoire d'un gamin de 3/4 ans qui vit tout seul et qui est étrangement débrouillard.

J'ai adoré cet anime et puis ça faisait un lien logique entre le fait d'être seul et le coté "enfant" qui est censé découvrir le monde.”

Pour finir, quel message tu aimerais faire passer à celles et ceux qui veulent se lancer dans le voyage en solo ?

Pour celles et ceux qui veulent partir en solo, déjà je leur dirais que ça ne sert a rien de se poser 1000 questions, car ils n'auront jamais les réponses à tout avant de partir. Et surtout, ils trouveront les réponses au fil de leurs aventures.

Le tout, c'est juste de se lancer, et de faire ce que chacun a envie de faire. L'aventure elle est où chacun la voit, que ce soit en France, en Europe ou ailleurs. Faites ce qui vous donne envie, ce qui vous permettra de vous sortir de votre zone de confort, car vous allez devenir meilleur grâce à ça.

Si vous avez peur d'être seul(e), sachez que l'on est jamais autant accompagné que lorsqu'on part en solo, on rencontre des gens chaque jour. Voyager seul, c'est être libre de faire ce qu'on veut et d'être qui on est.

Soyez juste prudent, car on y prend goût, et après ça peut parfois être compliqué de repartir avec d'autres personnes.

Soyez curieux, ouvert aux gens, car le voyage en solo est un moyen de redonner votre foi en l'humanité.”

Conclusion

Je tiens donc à dédier mon premier témoignage à Max En Solo pour la simple et bonne raison qu’il s’agit d’une personne avec un profil atypique, mais au combien motivant car cela montre que n’importe qui peut vraiment se lancer dans le voyage en solo.

Mine de rien, on peut voir que ses années post-bac n’ont pas toujours été facile et qu’il a su surmonter ses échecs.

Comme moi, la première expérience de voyage solo en mode backpacker a été une révélation sur beaucoup de plans. On ne peut pas le comprendre tant qu’on ne l’aura pas expérimenté au moins une fois dans sa vie.

Comme Maxime le dit si bien, la peur et l’hésitation est un frein vers l’accomplissement de soi. Parfois, il suffit de ne pas se poser de questions et juste foncer. Car le regret fait partie des choses dont beaucoup redoutent.

C’est parce que je me suis lancé sans réel but dans le voyage en solo que j’ai fini par trouver plus de sens à ce que je fais aujourd’hui. Maintenant, je tiens ce blog pour vous partager mes meilleures recommandations, et vous offrir ce que les autres ont à offrir.

Pour finir, j’aimerais remercier Max En Solo d’avoir accepté volontier de se prêter au jeu de l’interview, de m’avoir partagé ses plus belles photos et d’avoir consacré de son temps pour cet article.

Qui est derrière le blog Le Solo Backpacker ?

Hello ! Moi c'est Toan, et je suis le fondateur du blog Le Solo Backpacker.
J'ai commencé le voyage en solo à 19 ans, et mon objectif à travers mes articles est de vous proposer les meilleurs conseils pour sortir des sentiers battus, rencontrer des voyageurs ouverts d'esprits et découvrir le voyage sous un autre angle.